La culture c’est comme la confiture #1 – Janvier 2021

Culture Janvier

Allez c’est parti pour une année pleine de culture, d’aventures, de livres, de films, d’opéras, de musées. Ouplala pardon je m’emballe. Janvier touche à sa fin, tout est encore en sommeil alors on va faire un point culture vue du canapé.

Book Club

Je me suis enfin remise à la lecture, quel bonheur ! J’avais oublié le sentiment d’évasion, l’excitation de retrouver une histoire, des personnages. Mais pour cela, il faut un bon livre. Je me suis donc fiée à une valeur sûre, un de mes auteurs préférés, j’ai nommé Henri Loevenbruck et son dernier roman sorti en poche : Le Loup des Cordeliers (621 pages)

Culture janvier

Voici le pitch : Mai 1789. Alors qu’un vent de révolte souffle sur Paris, la nuit, un justicier encagoulé rôde, le sabre au poing et un loup en laisse, déterminé à punir par le sang les agresseurs de femmes. Les cadavres égorgés portent au front sa marque : celle d’un triangle inversé. Une seule question agite alors le Paris révolutionnaire et ses grandes figures, Danton, Robespierre, Desmoulins : qui diable se cache sous le masque du  » Loup des Cordeliers  » ? Gabriel Joly, jeune et ambitieux journaliste, mène l’enquête avec la conviction que, derrière cette affaire, c’est l’un des plus grands complots de la Révolution française qui pourrait être mis à jour…

Comme toujours, le suspens est au rendez-vous, c’est dur de lâcher le livre d’autant que les chapitres sont courts. Souvent on se laisse piéger, allez encore un… sauf qu’on a déjà dit cela il y a une heure. Henri Loevenbruck est particulièrement doué pour donner vie aux décors du passé. Ses descriptions de Paris et de ses personnages hauts en couleurs, les grandes figures historiques que l’on croise au fil du récit nous transporte au coeur de la Révolution.

Y a quoi à la télé ce soir ?

Dowton Abbey

Oh Mon Dieu ! Vous allez vous moquer mais j’ai découvert Downton Abbey !!! Alors il faut que je vous prévienne, je suis du genre plus on me dit que c’est bien, moins j’ai envie de voir ou d’essayer. Oui je sais c’est con, même très très con.

On m’a tellement vanté cette série que j’ai fait une sorte d’allergie. Mais comme elle était sur Prime, j’ai eu une faiblesse et j’ai commencé à regarder. Ce fut une révélation. Je me suis avalé les 6 saisons en deux semaines, et je me tâte pour les regarder à nouveau juste pour le plaisir de retrouver Maggy Smith. Je n’ai pas les mots pour déclarer l’amour que j’ai pour la comtesse douairière ! Si vous n’avez pas encore regardé cette série, courez-y. Mais par pitié regardez en VO, en plus cela vous fera faire des progrès en anglais si vous en avez besoin.

La flamme

Autre série que j’ai adorée: La Flamme. J’ai rarement autant ri. Les épisodes sont courts, le casting est dingue. Si vous avez la possibilité de regarder la série, foncez !!!!!

Le pitch : La vie lui a tout donné… sauf une copilote. Pendant neuf semaines dans une sublime villa, treize femmes vont s’affronter pour séduire Marc, pilote de ligne, et tenter d’allumer en lui… La Flamme. Alors, armez les toboggans, vérifiez la porte opposée… Marc va emmener ses prétendantes au septième ciel ! 

A couteaux tirés

Avec les horaires de bébé, nous n’avons pas regardé beaucoup de films, je préférais le format des séries. Néanmoins, nous avons regardé A couteaux tirés.

Voici le pitch : Célèbre auteur de polars, Harlan Thrombey est retrouvé mort dans sa somptueuse propriété, le soir de ses 85 ans. L’esprit affûté et la mine débonnaire, le détective Benoit Blanc est alors engagé par un commanditaire anonyme afin d’élucider l’affaire. Mais entre la famille d’Harlan qui s’entre-déchire et son personnel qui lui reste dévoué, Blanc plonge dans les méandres d’une enquête mouvementée, mêlant mensonges et fausses pistes, où les rebondissements s’enchaînent à un rythme effréné jusqu’à la toute dernière minute.

Nous avons passé un bon moment. Alors en ce qui me concerne je vous dirais forcément… Il y a Chris Evans ! L’intrigue est bien ficelée, les décors et les costumes réussis mais je suis clairement restée sur ma faim. On sourit mais on ne rit pas, on n’est pas boulversé par les rebondissements et les personnages manquent de profondeur. Et puis j’ai eu un énormissime problème avec Daniel Craig. C’est quoi cet accent ????? Son personnage s’appelle Benoit Blanc, il essaie d’imiter un accent français ? Ce n’est pas par chauvinisme mais j’ai eu beaucoup, beaucoup de mal avec son personnage et la façon dont il parle.

C’est sans doute pour cela que j’ai eu du mal à m’accrocher au film.

.

Et vous, quels ont été vos moments culture ?

N’oublions jamais, la culture c’est comme la confiture, ce n’est pas pour les cochons.

You may also like

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *